Forum

Le forum est fermé.

Depuis la fin de la concertation préalable le 31 mai, le forum ne reçoit plus les contributions. Nous remercions tous les participants qui ont participé durant les 3 phases et sur le forum pour permettre au projet d’avancer. Vous pouvez consulter les contributions sur les différents thèmes présentés. Toutes les idées comptent pour développer notre territoire. Merci !

Nous vous remercions pour vos contributions. Les échanges seront meilleurs dans un bon état d’esprit, critique et constructif. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre charte de modération.

Navigation du forum
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Quelques interrogations !

Bonjour, un utilisateur nous a transmis ses observations par e-mail. Dans l’intérêt de la concertation nous partageons ses remarques :

–Début du message–

Souhaitant participer à l’élaboration de cet important projet et n’ayant pas pu pour des raisons que je n’ai pas pu éclaircir accéder à un formulaire en ligne je vous adresse mes interrogations commentaires voir suggestions par ce mail.

1) Sur les aspects d’occupation du territoire

La densité de population de la Martinique même si elle est dans une période de décroissance reste élevée. 360 000 habitants pour 1000 KM2 cela représente 360 Habitants au KM2 ce qui se place déjà à un niveau élevé. Si on déduit des 1000 KM2 les zones non habitables (montagne pelée, pitons du carbet, mangroves, forêts, etc.) il faut probablement doubler ce chiffre de 360. Cela veut dire qu’il reste peu de places pour de grandes infrastructures. Lorsque l’on voit la véritable saignée que représente la voie d’accès de Carrère ou mahault jusqu’à la pointe simon cela interpelle. Le nouveau projet en ajoutant une double voie TCSP et parfois une quatrième voie routière entre Mahault et le Robert ou entre Carrère et Rivière Salée va diviser la Martinique par un immense couloir de bitume.

Outre la surface occupée, ces voies ont comme effet secondaire de couper en deux des quartiers entiers. Si on fait le compte des zones coupées en deux par des voies de déviation on peut comptabiliser Fort de France et Schoelcher avec les rocades, Sainte Luce avec la RN5, Ducos avec la RN5 et la déviation vers Morne Vert Ducos, Le François, Le Marin, Le Robert, Case Pilote. On peut comprendre pour tout ce qui a été réalisé il y a plus de 20 ans Aujourd’hui on sait les conséquences de ces coupures Aujourd’hui il y a des techniques de création de tunnels tout à fait abordables qui éviteraient à la fois d’occuper des surfaces et de ne pas diviser des quartiers. Au même titre que l’utilisation des cabines de type téléphériques devrait permettre d’arriver à Terre Ville l’utilisation de tunnels à chaque fois que c’est possible serait plus respectueuse de l’environnement Cela aurait pu être le cas dans le fameux viaduc de Fond Lahaye ou pour désenclaver des communes comme Case Pilote, Saint Pierre ou Le Carbet

2) Sur l’imagination ou l’audace

Il est difficilement compréhensible que l’on créée de telles saignées sans considérer en même temps des pistes cyclables ou piétonnes Compte tenu du relief Fort de France Sainte Anne pour ne pas dire Schoelcher Sainte Anne en piste cyclable ou piétonne est tout à fait envisageable Dans de nombreux cas des simples trottoirs peuvent permettre non seulement de développer des trajets piétons mais également de permettre à la population de pratiquer un sport accessibles à tous Les problèmes d’obésité dues à la malnutrition et au manque d’exercice physique sont passés sous silence alors qu’ils provoquent à terme plus de dégât que le fameux chlordécone.
Même âgé de 70 ans, il m’arrive d’utiliser le TCSP de l’aéroport à la Pointe Simon puis de marcher de la Pointe Simon jusqu’à Cluny. Lorsqu’il y a des trottoirs c’est facile. Sur les bords de route cela devient très compliqué et dangereux Sur l’aspect cité plus haut des tunnels et sur ceux des pistes cyclables et piétonnes cela aura probablement un surcoût assez important.

Mais construit parallèlement aux voies TCSP ou aux voies de circulation supplémentaire cela reste possible Les rajouter des années après c’est complètement impossible.

3) Je trouve que cette consultation est un peu biaisée.

Le dossier est très bien présenté et très complet Pour la plupart des personnes qui assisteront aux réunions il sera difficile de le lire dans son intégralité Et surtout à ce point du dossier il sera difficile d’argumenter pour modifier quoi que ce soit Ce sera plus de l’information que de la consultation Ne serait il pas plus intéressant de consulter dans une phase plus précoce ou il est plus facile de prendre en compte des idées ou des remarques

4) Enfin il n’y a pas beaucoup d’informations sur l’économie globale du TCSP et des transports collectifs mis en place depuis quelques années sur l’ensemble de l’île.

  • Quel est le coût global de l’investissement ?
  • Quel est le coût global de fonctionnement ?
  • Quel est le nombre de passagers transportés ?
  • Quel est l’impact en terme de diminution du nombre de véhicules achetés ?

Tout cela devant bien entendu être comparé à l’ancien système de taxi collectif et d’autobus indépendant. Ce système a fonctionné de façon totalement libéral sans aucun financement public pendant des décennies.
Compte tenu des problèmes sociaux qui ont jalonnés le fonctionnement du système Mozaik est on certain que tant les usagers que les employés ont gagné en confort par rapport aux investissements exorbitants et aux coûts de fonctionnement.

Et pourtant il s’agissait d’une gestion totalement Martiniquaise qui plus est par des progressistes seul le financement venait en partie de l’extérieur Dans une consultation honnête, cela devrait également être mis sur la table.

5) Sur l’inventivité

J’ai parfois le ressenti que l’on imite des systèmes venant d’ailleurs tels que la RATP La Martinique est plutôt une ville immense avec une densité de population élevée dans sa globalité mais une population diffuse et des déplacements importants Certains habitent Sainte Anne et travaillent au centre ville Sur le trajet ils vont s’arrêter dans telle ou telle zone pour acheter un équipement s’ils ont leur voiture Avec le TCSP s’arrêter sur le pont de la Galleria aller au centre commercial et revenir est une toute autre chose que de garer son véhicule dans le parking de la dite Galleria Même avec un TCSP gratuit est ce vraiment attractif de laisser la voiture à la maison Ne valait il pas mieux innover et inventer un maillage de petites navettes mues par des batteries rechargées au solaire et coordonnées par un vaste réseau informatique ou les demandes de déplacement se coordonnent avec les parcours des véhicules au moins jusqu’à des hubes d’où pourraient repartir des bus de plus grande capacité

6) Avec le transport scolaire

Le lien entre le TCSP et le transport scolaire extrêmement coûteux en argent et en fatigue pour les élèves n’est pas clair du tout

7) Transports et urbanismes

La coordination ne semble pas établi Les centres villes et centre bourg se dépeuplent et il y a de plus en plus d’habitat abandonnés alors que l’on continue à construire du collectif sur des terrains agricoles Rien ne semble bouger dans ce domaine

8) L’avenir politique

Avec les transferts Européens et sociaux de la nation il est déjà difficile de tenir l’équilibre des ressources Qu’adviendra lorsque la martinique sera autonome voir indépendante Ou trouveras t’on les fonds pour réinvestir et faire fonctionner

9) En résumé

Si je me limite au dossier pris isolément rien à dire C’est un beau dossier bien ficelé et il sera facile de dire qu’il est approuvé par une majorité La situation est toute autre si on essaie d’intégrer le projet dans la Martinique d’aujourd’hui ou de demain.

C’est hélas un grand classique de la technocratie d’aujourd’hui ici et ailleurs

Merci

Alex Scholastique

–Fin du message–

Utilisateur supprimé a réagi à ce message.
Utilisateur supprimé

Bonjour Monsieur,

Concernant l’impact en termes de coupure urbaine, nous notons vos préoccupations tout à fait fondées.

Le projet est implanté sauf dans les secteurs urbains qu’il va desservir au plus près le long de voies routières déjà existantes, l’objectif étant de ne pas créer de nouvelles coupures mais s’appuyer sur les passages déjà ouverts au sein du territoire (RN1, RN5).

A noter que l’essentiel de l’emprise restera routière même si elle est élargie pour le TCSP. Il est possible que les études techniques à venir montrent que certains carrefours nécessitent des dénivellations des flux routiers pour pouvoir intégrer la priorité des BHNS ; en revanche, il n’est pas envisagé de créer des tunnels pour le TCSP.

Concernant les modes dits “actifs”, piétons et vélos, les propositions actuelles seraient différentes selon qu’on est en zone urbaine ou en zone rurale le long des RN. En zone urbaine (traversée du Lamentin et traversée de Rivière Salée, les aménagements du TCSP prendront nécessairement en compte les circulations piétonnes (trottoirs) et cyclables associées comme la loi l’impose d’ailleurs.

En zone périurbaine ou rurale, la stratégie à ce stade est d’inclure au projet l’aménagement de cheminements piétons et cycles vers les stations du TCSP depuis les quartiers proches plutôt que créer des aménagements linéaires continus. Nous notons qu’il serait opportun d’identifier les besoins en aménagements linéaires cycles avant d’opter définitivement pour une solution comme la loi d’ailleurs y invite les maîtres d’ouvrage dans de tels cas : pour rappel, la part de marché actuelle du vélo comme mode de déplacement quotidien est extrémement faible.

Concernant le stade d’avancement des études au moment de la présente concertation , veuillez noter que cette dernière a lieu justement à un stade relativement amont du projet où tous les choix sont loin d’être faits : l’opportunité même du projet est d’ailleurs un sujet à débattre lors de cette concertation (voir les objectifs de la concertation par la CNDP).

Les remarques et arguments des contributeurs seront pris en compte et donneront lieu si besoin à des compléments d’études.

Concernant l’économie globale du projet, des résultats sont présentés de façon plus détaillée dans les rapports d’études mis en ligne : l’impact sur le nombre de véhicules achetés n’est pas connu. Il est difficile de comparer la performance du système historique des taxicos et le système actuel ou futur via les Extensions du TCSP, très peu de résultats de fréquentation et économique étant disponible du fait de l’organisation “tout à fait libérale” et donc non transparente pour la collectivité pourtant autorité organisatrice des transports.

Les quelques chiffres disponibles montrent que la part de marché des transports collectifs a notablement décru dans les années 90 (12% à 9%) en partie du fait que les taxicos n’étaient plus en mesure de rendre les services escomptés. La réorganisation des réseaux à l’oeuvre depuis 2006 (Réseau Mozaïk) et lancement du TCSP résulte de ce constat et de l’obligation de mettre en place une organisation du transport réglementairement conforme (passation de contrats de service public) sous l’égide des collectivités compétentes.

Concernant le transport scolaire, il n’est pas prévu à court terme de basculer les élèves sur le réseau de transports en commun régulier et le TCSP : cependant, Martinique Transport déploie depuis quelques mois un Pass Urbain pour les élèves leur permettant d’accèder facilement à ce réseau hors de leur horaire de transport scolaire et hors période scolaire.

Concernant la synergie transports et urbanisme, elle est effectivement peu investie par les acteurs en Martinique, les réflexions restant souvent très cloisonnées jusqu’à l’étape de la DUP.

Pour les études à venir du TCSP (niveau étude préliminaire) il est bien prévu de travailler avec les communes et autres porteurs de projet pour étudier en cohérence leurs projets urbains et les Extensions du TCSP. Cordialement

 

DOCUMENTATION

L'espace documentation regroupe les rapports, études et retranscription du projet et des réunions.

PROJET DES EXTENSIONS DU TCSP DE LA MARTINIQUE

DOSSIER DE LA CONCERTATION PRÉALABLE

DECOUVREZ LES THEMES

Les différents thèmes du projet : environnement, mobilité, mode de transport...

Se rendre aux réunions

Dans le respect des règles sanitaires en vigueur, ces réunions permettent une présentation générale du projet au public et la possibilité de l’aborder sous tous les angles.